Les produits

Comment fabriquer un jean

par Catherine C. Cole

Atelier de coupe de L'usine Lots de pièces découpées lots de ceintures pose des glissières Lots de jambes de pantalons avec glissières fixées Femme qui coud Femme qui coud Femme qui coud Lot de jambes de pantalons Femme qui coud Femme qui coud Femme qui coud Détail de couture à point long Femme qui coud Machine de couture automatique Femme qui empile des jambes de pantalons sur un chariot Femme qui coud homme qui coud Femme qui coud Femme qui coud Détail d'une fourche de jeans Femme qui coud Femme qui coud Femme qui exécute des boutonnières et rivette des boutons distributeur de boutons La manifacture de passants de jeans Le fixage des passants Femme qui fixe des rivets La couture des ourlets lot de jeans assemblés lot de jeans étiquettés remontant la glissière Photo d'outil Femme qui fait passer des boutons Femme qui emballe des jeans

Du jour où Levi Strauss & Co. a incorporé l'usine d'Edmonton à ses activités, l'éventail des styles de GWG s'est considérablement amenuisé. Au moment de la fermeture, en février 2004, seuls les jeans Levi's et les pantalons Dockers étaient fabriqués localement - avec une production de 17 000 unités par jour. Quelques semaines plus tôt, l'usine avait fait l'objet d'un tournage vidéo et d'une séance de photographie dans le cadre du projet Pièce par pièce.

Vue intérieure de L'usine L'opératrice d'une machine à coudre (les femmes forment en effet l'essentiel de l'effectif) est embauchée pour travailler sur un type de machine en particulier. Par la suite, elle peut être affectée à des machines plus complexes et augmenter son salaire lorsqu'un nouveau poste s'ouvre. Les superviseures ont parfois recours à un film pour la formation, mais préfèrent le plus souvent se mettre elles-mêmes à la machine pour en enseigner le fonctionnement. Les ouvrières apprennent vite, même quand elles ne parlent pas la même langue que leur instructrice, mais il faut généralement compter six mois pour qu'une opératrice soit pleinement efficace. Si la majorité de ces femmes ont exécuté jour après jour la même tâche pendant des années, d'autres ont été formées comme « équipières », c'est-à-dire qu'elles peuvent manoeuvrer n'importe quelle machine et assurer les remplacements au pied levé. Il y a deux échelles de salaires, en fonction des compétences requises pour maîtriser le type de machine.

Photo d'ouvriers Chaque machine est conçue pour coudre avec un fil et un tissu précis et doit être rajustée selon le style de vêtement. Une dizaine de mécaniciens sont chargés de veiller à l'équipement, mais on s'attend à ce que les opératrices entretiennent leur machine et assurent les réparations mineures.

Auparavant, les opératrices se servaient de tickets pour faire le compte des lots fabriqués. Les plus astucieuses s'arrangeaient pour confectionner les petites tailles et venir à bout de leurs lots plus rapidement. Depuis qu'on a abandonné la rémunération à la pièce, des ordinateurs installés sur la machine enregistrent le nombre de lots produits par chaque opératrice pour vérifier l'atteinte de son quota.

La sécurité est devenue une question importante en 2004, bien plus importante qu'aux premières années de GWG. Les ouvrières portent des bouchons d'oreille, des gants ou des doigtiers de protection, des dés en caoutchouc et des lunettes de sécurité. Certaines se munissent de masques antipoussières et la plupart revêtent un couvre-tout pour empêcher la charpie de coller à leurs vêtements.

Télécharger le plugiciel flash

Les ouvrières décrivent le système du travail à la pièce

Lire la transcription

Pour en savoir plus sur Les marques de GWG